Le testmament du Patriarche Joseph

LE ONZIÈME FILS DE JACOB ET RACHEL.

 CHAPITRE 1-

 1- Copie du testament de Joseph. Quand il fut près de mourir, il appela ensemble ses fils et ses frères , et leur dit : 2- Mes frères et mes enfants, écoutez Joseph , le bien-aimé d’Israël. Prêtez attention, mes fils, à votre père, aux paroles de ma bouche. 3- Dans ma vie j’ai vu l’envie et la mort, et je ne suis pas égaré, mais je me suis maintenu dans la vérité de Elohim. 4- Mes frères me détestaient, mais Adonaï m’aimait. Ils voulaient me tuer, mais  Elohim de mes pères m’a gardé. Ils m’ont fait descendre dans un puits, mais le Très-Haut m’en fit remonté. 5- Je fus vendu comme esclave, mais le Maître de tous m’a libéré. Je fus emmené captif, mais sa forte main m’a secouru. Je fus assailli par la faim, mais Adonaï lui-même m’a nourri. 6- Je fus seul, mais Elohim m’a réconforté, je fus malade, mais Adonaï m’a visité. Je fus emprisonné  mais mon Adonaï m’a montré sa bienveillance ; Je fus dans les liens, mais il me libéra. 7- Calomnié il défendit ma cause, soumis à des paroles acerbes de la part des Egyptiens, il me délivra. Envié par mes compagnons d’esclavage, il m’éleva.

 CHAPITRE 2- 

1- Et le chef cuisinier du pharaon, me confia la charge de sa maison.
2- Et je luttai contre une femme imprudente, me poussant à pécher avec elle, mais Elohim d'Israël, mon père me délivra de la flamme brûlante. 3- Jeté en prison, battu, raillé ; mais Adonaï me fit trouver grâce auprès du geôlier. 4- Car Adonaï n’abandonne pas ceux qui le craignent, ni dans les ténèbres, ni dans les liens, ni dans les tribulations, ni dans les nécessités. 5- Car Elohim n’a pas honte comme un homme, et il n’éprouve pas de crainte comme un fils d’homme, ni n’est faible ou repoussé comme celui qui est de la terre. 6- Mais en tous lieux il assiste, et il console de diverses manières, ne se retirant qu’un peu de temps pour éprouver la détermination de l’âme. 7- En dix tentations, je fis trouvé comme il convient, et j’ai enduré chacune d’elle car l’endurance est d’un grand charme, et la patience donne beaucoup de bonnes choses.

 CHAPITRE 3 

1- Combien de fois l’Egyptienne n’a-t-elle pas voulu ma mort ? Alors elle me rappelait me menaçant , et comme je ne voulais pas avoir de commerce intime avec elle, elle me dit : 2- Tu seras monde Elohim, avec tout ce qui est dans ma maison si tu te donnes à moi, et tu seras comme notre maître. 3- Mais moi je me rappelais les paroles de mes pères, et me rendant dans ma chambre, je pleurais et priais Adonaï. 4- Et je jeûnais pendant ces sept années, et j’apparus aux Egyptiens comme quelqu’un qui se conduit avec mollesse, car ceux qui jeûnent par intérêt pour El-Shaddaï, reçoivent la beauté du visage 5- Et lorsque monde Elohim était absent, je ne buvais pas du vin, et je ne prenais pas ma nourriture pendant trois jours, et la donnais aux pauvres et aux malades. 6- Je m’approchais de Elohim de bonne heure le matin, et je pleurais concernant la femme Égyptienne de Memphis, car elle me troublait constamment car elle venait aussi la nuit sous le prétexte de me surveiller 7- Et parce qu’elle n’avait pas d’enfant mâle, elle prétendait me considérer comme un fils et ainsi je priais Adonaï, et elle enfanta un fils. 8- Et pendant un temps elle m’embrassait comme un fils et je ne le savais pas ; mais plus tard elle chercha à m'entraîner dans la fornication. 9- Et quand je le compris, je m’attristai à mort, et quand elle fut partie, je reviens à moi, et me lamentai sur elle pendant plusieurs jours, car j'avais compris sa ruse et sa séduction 10- Et je lui déclarai les paroles du Très-haut.., si seulement elle voulait se détourner de sa mauvaise passion.

.

CHAPITRE 4- 

1- Cependant souvent elle me flattait avec des mots d’homme saint et remplie de ruse dans son langage elle louait ma chasteté devant son mari, cependant qu’elle désirait me faire tomber quand nous étions seuls. 2-Car elle me blanchissait ouvertement pour ma chasteté, et dans le secret elle me disait : Ne crains pas mon mari, car il est persuadé concernant ta chasteté. Car même si quelqu’un lui avait dit quelque chose à notre propos, il ne l’aurait pas cru. 3- A cause de ces choses, je me couchais par terre et je suppliais El-Shaddaï de me délivrer de sa fourberie. 4- Et comme elle ne pouvait pas prévaloir par toutes ces choses, elle vint à nouveau à moi pour que je l’instruise disant qu’elle voulait apprendre la parole de Elohim. 5- Et elle me dit : Si tu veux que je quitte mes idoles, couche avec moi, et je persuaderai mon mari de se séparer de ses idoles, et nous marcherons dans la loi de ton  Elohim. 6- Et je lui répondis : Adonaï ne veut pas que ceux qui le vénèrent soient dans l’impureté, pas plus qu’il ne prend plaisir dans ceux qui se complaisent dans les adultères mais (il prend plaisir) dans ceux qui s’approchent de lui avec un cœur pur et des lèvres sans souillure. 7- Elle garda son calme, attendant d’accomplir son mauvais désir. 8-Et je m’adonnais moi-même davantage au jeûne et à la prière, afin que Adonaï me délivre d’elle. 

CHAPITRE 5 

1- Et à nouveau, à un autre moment, elle me dit : si tu ne veux pas commettre adultère, je tuerai mon mari par du poison, et je te prendrai pour être mon mari. 2- Alors moi, en entendant cela je déchirai mon vêtement, et lui dis : femme, révèle Elohim, et ne fait pas cette œuvre mauvaise, si tu ne veux pas être détruite, car sache qu’en vérité je déclarerai ton stratagème devant tous. 3- Alors elle fut effrayé, me suppliant de ne pas déclarer son stratagème. 4- Alors elle partit en me faisant des présents pour me tranquilliser, et m’envoyant toutes sortes de choses qui font plaisir aux fils des hommes. 

CHAPITRE 6- 

1- Et après cela elle m’envoya de la nourriture mélangée avec des enchantements. 2- Et quand l’eunuque qui les apportait vint, je regardai en haut et voici qu’un homme terrible me donnait une épée en même temps que le plat, et je discernais que son plan était de m’enjôler (pour m’égarer). 3- Et quand il fut sortit je pleurais ; ne mangeant pas, pas plus que toute autre nourriture venant d’elles. 4- Alors après un jour elle vint à moi et observa la nourriture, et me dit : pourquoi n’as-tu pas mangé cette nourriture ? 5- Et je lui répondis que c’était parce qu’elle l’avait remplie d’enchantements mortels, et comme peux-tu dire : je ne suis pas allé aux idoles mais à  Elohim seul .6- Ainsi, maintenant , sache que  Elohim de mon père, m’a révélé ta malice par son ange, et que j’ai gardé (cette nourriture) pour te convertir ; 7- Pour que tu puisses apprendre que la méchanceté des impies n’a aucune puissance sur ceux qui adorent Elohim en chasteté, je mangerai (cette nourriture) devant toi. Et ayant dit cela, je priais ainsi : Elohim de mes pères et l’ange d’Abraham, soyez avec moi. Et je mangeai. 8- Et quand elle vit cela elle tomba sur sa face à pieds, pleurant, et je la relevais en la réprimandant. Et elle promit de ne plus faire cette iniquité. 

CHAPITRE 7- 

1- Mais son cœur était encore établi dans le mal, et elle cherchait le moyen de me piéger, et soupirant profondément elle devint déprimée, bien qu’elle ne fut pas malade. 2- Et quand son mari la vit, il lui dit : pourquoi as-tu la mine abattue ? Et elle lui répondit : j’ai une douleur dans mon cœur, et les gémissements de mon esprit m’oppressent. Alors il prit soin d’elle avec des paroles , bien qu’elle ne fut pas malade. 3- Puis saisissant une opportunité, elle courut vers moi pendant que son mari était encore sorti, et me dit : je vais me pendre ou me jeter d’une falaise si tu ne veux pas coucher avec moi. 4- Et quand je vis que l’esprit de Bélial la troublait, je priai mon Adonaï et dit (à la

femme) 5- Pourquoi, misérable femme, es-tu agitée et troublée, aveuglée par le péché ? Rappelle toi que si, tu te suicides, Asteho, la concubine de ton mari battra tes enfants, et tu détruiras ton mémorial en l’ôtant de la terre. 6- Et elle me dit : voilà, tu vois bien que tu m’aimes ; ceci me suffit : seulement combat pour ma vie et celle de mes enfants, et je compte bien qu’aussi tu prendras ton plaisir et que tu satisferas mon désir. 7- Mais elle ne savait pas que je parlais ainsi à cause de mon Elohim, et non pour elle. 8- Car si un homme est tombé par la passion d’un mauvais désir et devient son esclave, même si par ce moyen il peut entendre de bonnes choses en rapport avec cette passion, il le perçoit avec un point de vue de mauvais désir.

CHAPITRE 8-

1- Ainsi je vous le déclare, mes enfants, qu’elle me quitta vers la sixième heure, et je m'agenouillais devant Adonaï tous les jours, et toutes les nuits ; et vers l’aurore je me levai, pleurant pour être délivré d’elle.

2- Finalement, alors, elle saisit mes vêtements, m’entraînant de force pour avoir un rapport.

3- Alors quand je vis qu’elle saisissait furieusement mon vêtement, je l’abandonnai en m’enfuyant nu.

4- Et devant son mari elle m’accusa faussement, et l’Egyptien me jeta dans la prison de sa maison, et le lendemain il me fouetta et m’envoya dans la prison de Pharaon.

5- Et quand je fus dans les liens, la femme Egyptienne fut oppressée de tristesse, et elle vint et entendit comment je rendais grâce à El-Shaddaï en chantant des louanges dans la demeure des ténèbres, avec une voix heureuse et réjouie, glorifiant mon Adonaï de ce que j’étais délivré de la femme Egyptienne.

 CHAPITRE 9-

1- Et combien de fois n’a t- elle pas fait un envoi pour me dire : consens à accomplir mon désir, et je te libérerai de tes liens, et te délivrerai des ténèbres.

2- Et même en pensée je n’ai pas eu d’inclination pour elle. Car Elohim aime celui qui, dans un repaire de méchanceté joint le jeûne à la tempérance, plutôt que l’homme qui, dans les chambres combine le luxe à la licence.

3- Et si un homme vit dans la tempérance et désire aussi la gloire, et que le Très-Haut sache que c’est opportun pour lui, il me l’a aussi accordée.

4- Et combien de fois, bien qu’étant malade, n’est-elle pas venue vers toi à l’improviste, pour écouter ma voix alors que je priais. Et moi quand j’entendais ses gémissements, je gardai le silence.

5- Car lorsque j’étais dans sa maison elle avait l’habitude de dénuder ses bras, sa poitrine et ses jambes pour que je couche avec elle ; car elle était très belle, splendidement parée dans le but de me séduire. Et Adonaï me garda de ses entreprises. 

CHAPITRE 10- 

1- Ainsi, voyez mes enfants, combien de grandes choses la patience opère, avec la prière et le jeûne.

2- Et vous aussi, si vous gardez la tempérance et la chasteté avec patience, prière, avec le jeûne dans l’humilité du cœur, Adonaï demeurera en vous, parce qu’il aime la tempérance.

3- Quelque soit le lieu où habite le Très-Haut (dans l’homme), que soit dans quelqu’environnement de jalousie, ou dans l’esclavage, ou la calomnie, Adonaï qui habite en lui, à cause de sa tempérance, non seulement le délivrera des maux, mais aussi l’élèvera et le glorifiera comme il l’a fait pour moi.

4- Car en toute œuvre, que ce soit en parole ou en acte ou en pensée, l’homme se trouve maintenu.

5- Mes frères savaient combien mon père m’aimait, et je ne me suis pas élevé dans mes pensées. Bien qu’étant enfant, j’avais la crainte de El-Shaddaï dans mon cœur, car je savais que toutes choses passent.

6- Et je ne m’élevais pas moi-même contre eux avec des intentions coupables, mais j’ai honoré mes frères, et par respect pour eux, bien qu’ils m’aient vendu, je me suis gardé de dire aux Ismaélites que j’étais fils de Jacob, homme grand et puissant. 

CHAPITRE 11-

1- Agissez ainsi, mes enfants, craignez El-Shaddaï dans toutes vos oeuvres (qui se font) devant vos yeux, et honorez vos frères, car quiconque respecte la loi de Elohim sera aimé de lui.

2- Et quand j’arrivai à l’indocolpitas, avec les Ismaélites, ils me posèrent la question suivante : Es-tu esclave ? Et je répondis que j’étais né esclave, pour ne pas déshonorer mes frères.

3- Et le plus vieux parmi eux me dit : tu n’es pas esclave car même ton apparence le rend manifeste. Mais je répondis que j’étais leur esclave.

4- Alors quand nous arrivâmes en Egypte ils se disputèrent à mon propos, pour savoir qui m’achèterait et me prendrait.

5- Alors il sembla bon à tous que je devais rester en Egypte avec le marchand de leur négoce, jusqu'à ce qu’ils reviennent apporter de la marchandise.

6- Et Adonaï me fit trouver grâce aux yeux du marchant, et il me confia sa maison.

7- Et par mon moyen El-Shaddaï le bénît, et il prospéra en or, en argent et en travail.

8- Et je fus avec lui trois mois....

A Suivre ....

Vous avez savouré les quelques lignes du testament du patriarche Joseph,

Alors nous vous affirmons que celui d'Adam est aussi disponible ainsi que celui d'hénok le Juste.

Sans oublier ceux des autres fils de Jocob.

.

NB : Vous pouvez vous procurer ce document en entier en entrant en contact avec nous, Nous ne pouvons tout mettre en ligne vu le volume. Ainsi cliquez sur la rubrique contact pour nous joindre.

    Ecrire un commentaire



    C4SM